Biodiversité pour tous

Dossier biodiversité

Qu’est-ce que la biodiversité ?

La biodiversité ou la « diversité biologique » est un terme qui concerne la diversité du vivant. La Convention sur la Diversité Biologique (CDB) définit la biodiversité dans son Article 2 comme étant la « variabilité des organismes vivants de toute origine, y compris, entre autres, les écosystèmes terrestres, marins et autres écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie ; cela comprend la diversité au sein des espèces, et entre les espèces et ainsi que celle des écosystèmes ».

La biodiversité est pratiquement l’équivalent de la vie sur terre, des gènes aux écosystèmes, en passant par les espèces. Si nous voulons résumer, nous pouvons énoncer que « la biodiversité, c’est tout le vivant et toutes ses interactions ».

IMG 7306

libellule2 petit

La biodiversité, pourquoi c’est important ?

La biodiversité non seulement mérite d’être protégée pour elle-même, mais surtout elle est capitale, vitale pour l’être humain.

Elle nous rend d’innombrables services pour notre qualité de vie, notre bien-être, voire même notre survie. Elle a un rôle essentiel :

  • d’approvisionnement pour notre alimentation, notre bois, les ressources génétiques, les ressources pharmaceutiques ...
  • de régulation pour le maintien de la qualité de l’atmosphère, notre climat, la protection contre les risques naturels et les maladies, la purification de l’eau, la formation des sols ou l’entretien du cycle des matières nutritives ...
  • de services d’apport culturels (détente, plaisir artistique, esthétique...)

Pourquoi la biodiversité disparaît-elle ?

Nos comportements et nos modes de consommation entraînent actuellement un effondrement sans précédent des effectifs des espèces animales et végétales et de leurs différents écosystèmes.
Les causes de l’érosion sont bien connues :

  • La destruction, la fragmentation et l’artificialisation des habitats naturels.
  • Les pratiques agricoles qui entraînent pollutions, destruction de la vie des sols, ...
  • L’introduction volontaire ou fortuite d’espèces envahissantes.
  • La surexploitation des ressources
  • La pollution de l’eau, de l’air et des sols.
  • Le changement climatique

IMG 7249

Où en sommes-nous en Alsace ?

L’état des lieux ci-après se base, entre autres, sur les données de la DREAL et de l’ODONAT.

IMG 7180

IMG 7408

Une profusion d’espèces liée à des écosystèmes très divers.

Les caractéristiques alsaciennes de relief, de type de sols, de climat sont à l’origine d’une faune et d’une flore particulièrement riches. Nous avons la chance de comptabiliser un nombre d’espèces élevé au regard de la surface réduite de notre région.

 

Quelques exemplesNombres d’espèces
présentes en Alsace
Oiseaux  321
dont espèces nicheuses  190
Papillons  143
Mammifères  73
Poissons  59
Plantes vasculaires ± 2100

Une détérioration constante et généralisée

La petite taille de l’Alsace, son importante densité de population (jusqu’à 430 habitants au km² en plaine alors que la moyenne française est autour de 115), l’artificialisation des terres qui représente près de 11,5% du territoire, et surtout le développement d’une agriculture intensive de maïs (qui représente 40% de la surface agricole utile) constituent autant de facteurs induisant cette dégradation.

Le CÉSER, assemblée consultative auprès de la région avait déjà eu l’occasion de souligner en 2006 combien l’Alsace est un « territoire fragile» en terme de biodiversité.

Aujourd’hui près de 40 % des espèces et 75 % des types d’habitats d'Alsace figurent sur les listes rouges régionales de la nature menacée (Source ODONAT).

12,5% des espèces de reptiles d'Alsace, 16,9% des mammifères, 22,2% des amphibiens, 26,5% des poissons, 44% des oiseaux sont considérés comme menacés avec des conséquences prévisibles sur l'ensemble des écosystèmes.

Amphibiens 18 espèces présentes 4 espèces en liste rouge soit 22 % Situations critiques :
Crapaud vert
Crapaud vert
Mammifères 66 espèces présentes de façon permanente 11 espèces en liste rouge soit 16,6 % Situations critiques :
Grand hamster d'Alsace
Grand hamster d'Alsace
Oiseaux 159 espèces actuellement nicheuses présentes 70 espèces en liste rouge soit 44,1% Situations critiques :
Râle des genêts
Râle des genêts
Poissons 34 espèces présentes 9 espèces en liste rouge soit 26,5 % Situations critiques :
Anguille européenne
Anguille européenne
Flore 1516 espèces présentes évaluées 439 espèces en liste rouge soit 28,9% Situations critiques :
Oeillet superbe
Œillet superbe

Ce déclin concerne donc autant les milieux que les espèces. Il est intimement lié à la généralisation des pesticides, aux pollutions en tout genre, à la destruction des habitats, à la fragmentation des espaces,...

De plus, des espèces envahissantes (renouée du Japon, balsamine de l’Himalaya, etc...) participent également à l’appauvrissement de la biodiversité.

Zoom sur certains oiseaux communs

Selon les données de la LPO, l’indicateur global des oiseaux liés aux milieux bâtis a diminué de 18,2 % entre 2005 et 2015.

Les facteurs influençant les tendances évolutives des populations d’oiseaux communs sont multiples. Les modifications de l’habitat font partie des plus importants. En effet, certaines espèces utilisant des bâtiments comme site de nidification telles que les hirondelles subissent les conséquences de la modernisation qui ne permet plus d’offrir les conditions nécessaires à la construction de leurs nids, qui sont même parfois détruits. D’autres espèces utilisent les milieux à proximité des habitations et des bâtiments pour leur recherche alimentaire et souffrent de l’homogénéisation des espaces ne laissant que peu de place au développement des insectes et des graminées dont ils se nourrissent.

L’indicateur global des oiseaux liés aux milieux agricoles a diminué de 16,4% entre 2005 et 2015. Les causes de cette diminution sont multiples, mais l’intensification de l’agriculture, la disparition des prairies et des haies et l’utilisation d’engrais et de pesticides en sont les principales.

20170423 165324

Que pouvons-nous faire à notre niveau ?

Sans attendre la mise en œuvre de diverses politiques, nous pouvons tous agir à l’échelle de notre quotidien, devant notre porte. Particuliers, entreprises, écoles, collectivités nous pouvons restaurer de la biodiversité de proximité et favoriser sa réimplantation dans nos espaces verts, nos jardins, quels qu’ils soient ! Il n’est pas nécessaire de se lancer dans des actions de grande ampleur, de petits gestes simples suffisent pour commencer. Toute renaturation, aussi modeste soit-elle, est la bienvenue.

Voici quelques exemples pour les plantations :

  • Préservez des espaces aménagés de façon naturelle.
  • Tout ce qui fleurit n’a pas forcement de valeur écologique ! Plantez des variétés indigènes et adaptées à l’écosystème local (chêne, hêtre, saule,....)
  • Remplacez une partie des gazons par des prairies fleuries avec des fleurs authentiquement locale : des marguerites, de la sauge de prés, de l’origan, de la mélisse, des coquelicots sauvages, des bleuets....
  • Remplacez les haies de thuyas et de laurier par des haies locales variées : du sureau, des viornes obiers, des noisetiers, des prunelliers ....
  • Concernant les espèces invasives évitez de les planter (les arbres à papillons, les solidages, l'herbe de la pampa,...) et si malheureusement elles sont présentes, essayez de les réguler.
  • Préservez les grands arbres et les arbres morts, quitte à les sécuriser.
  • Installer des aménagements pour la faune sauvage tels des nichoirs, des hôtels à insectes, des abris à hérissons, ou simplement un amoncellement au sec de quelques bûches percées pour les abeilles sauvages....
  • Privilégiez pour les zones de stationnement ou de circulations, des revêtements perméables (dalles alvéolées, parkings enherbés ...).
  • .....

Voici quelques exemples pour la gestion la plus naturelle possible :

  • Supprimez l’usage des phytosanitaires pour privilégier des techniques naturelles.
  • Réalisez une coupe de gazon haute (10 cm).
  • Limitez les tailles des arbres et arbustes.
  • Paillez pour limiter les arrosages.
  • ...

Ensemble, restaurons l’environnement de notre quotidien.